• godestlise

Astuce pour se faire laver les cheveux

Mis à jour : janv. 11

Par Elise.


Quoi de plus agréable que de se faire masser le crâne, surtout dans un moment un peu sombre où tout semble flou et tout espoir perdu ? En réalité il n’est pas de plaisir plus sommaire, plus radicalement approprié à une situation désespérée que ce léger fourmillement. Mettez la pulpe de vos doigts au service de cheveux déprimés, ou même vos ongles pour séparer délicatement les mèches d’un être malheureux : ce délice est à même d’exalter l’âme et de réveiller les sens.


Je sais comment vous obtenir l’acte désiré, sans aller chez le coiffeur, mais en allant, je dois l’admettre, à l’hôpital psychiatrique (il n’y a que peu de différence entre les deux institutions, vous en conviendrez. Dans les deux, on parle beaucoup, les odeurs sont fortes, et les conversations souvent gênantes.).


Il vous suffira d’être vraiment, vraiment paumé(e). De mon côté, j’ai à ce point perdu pied que j’ai demandé à tous les passagers d’un train à quelle heure il arrivait (ils étaient peut-être cinquante, à me répondre poliment avec un air toutefois suspicieux), et quand je suis arrivée à la gare j’ai voulu acheter tous les magazines du point presse. J’ai aussi mangé toutes les patates que mes hôtes avaient préparées pour la raclette ce soir-là (ils ont légèrement paniqué, surtout que je croyais qu’il y avait quelqu’un de caché derrière les rideaux), puis j’ai eu l’impression que tout le monde me regardait au restaurant le lendemain. Ces pensées totalisantes ont mené mes amis à m’accompagner gentiment, non pas chez le coiffeur mais vous vous doutez où.


J’y suis arrivée tout échevelée, et hurler comme une possédée n’a certainement pas arrangé ma coiffure. Le soir même, j’ai eu le droit à un shampoing : voyez l’efficacité de ma méthode !


Bien gentille, cette dame qui m’a lavé les cheveux, ils devaient être dans un sale état. Je me souviens parfaitement de son visage, derrière le mien, en revanche je ne saurais dire son nom. Ils étaient longs et emmêlés, en fait je me souviens surtout qu’elle m’a coiffée, qu’elle en a pris le temps.


Voyez, ce n’est pas compliqué. Je remercie cette dame comme vous me remercierez : avec un réel enthousiasme. Quant à ce que vous pourrez faire d’autre une fois hospitalisé, les opportunités ne manquent pas. Non, vraiment, je recommande.

147 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout