• godestlise

Couleur Orange

Par Nébuleuse.


Personne ne la comprend vraiment.Personne ne l'adule au crépuscule C'est un soleil psychédélique indien et fou mais éclatant de beauté incomprise. Elle est adultère,éther perdue ,cinoque aux yeux des cyniques . Comme une epeire diadème aux poèmes flamboyants racontant des histoires exotiques et fantasmatiques Pleurant chaque nuit de plus belles ,avec ses ailes cornaline . Reflet divin ,flaire du matin enrobé d'odeur abricot Tricotant la matière pour en faire l'aurore Dans un monde fou où la vie compte moins que la mort

Les voitures grises se meurent ,perdues ,apeurées par leur pare-brise vicieux de finances

Elles sont rances ,sans liberté bohème,juste blêmes et aigrises Loin des soupçons erubescents ,dorés,rouilles et dansant Personne ne la comprend vraiment Flash comme une tache sur un vieux jean bleu marine Hurlant aux détours des citralines Les thèmes son axés autours de la haine en haleine Chanel ,sans ailes d'archanges osant déranger l'ordre établie ,le ciel et le monde Elle créer d'autres horizons,transforme l'apesanteur qui nous enferme dans une prison immonde et ronde En pièce de puzzles en pleins coït avec des astéroïdes qui brûlent en appelant les météorites

Transforme et métamorphose les lois de la prose niaise et en overdose affriolante ou le sens est l'absurde dans un monde qui n'a ni queue ni tête

Où nous sommes toutes et tous des pions enfermés sous un ciel tremblant son bleu fade et aimé des autres D'ailleurs les autres c'est le cris du miroir qui perd sa face ,dans les préfaces de l'être

Les autres aiment le bleu ,elle y est opposée ,dans les goûts et dans tout ce qu'elle est

Elle est spirituelle car crépusculaire ,elle ouvre la perception des flammes de l'enfer devenu paradis tropicale de délires aux apparences rocambolesques.

Elle est l'ode et l'odyssée des années de liberté,le piment doux ,sucré et piquant qui donne de la vie à nos regards éteints dans le paysage mort de la ville

Quand la dictature consumériste des coeurs broie les êtres et les consonnes de la liberté poétique Quand on console la mort d'un être humain qui est né sans le vouloir mais qui à quand même commis un crime Celui d'exister car différent et incompréhensible Elle est là et rappele cette aurore ,seul cris de la liberté car elle inspire les folles et les fous Personne ne la comprend vraiment Elle est une lumière inaudible ,un visage trop visible et indescriptible Tout le monde la regarde mais personne ne s'attarde sur son âme La trouvant exubérante,superficielle et fugace ,se lassant de sa face pimentée,agaçante, aussi troublante que le Violet ,mais moins mystérieuse,stable et rêveuse Car elle vis encore plus fort ,s'enivre et décide un jour de ne plus s'excuser d'exister à travers sa lueur grandiose et incompréhensible Elle est l'explosion des étoiles,l'antithèse du bleu calme de l'âme tant apprécié du monde C'est un malaise,un peut comme Dieu qui prendrait l'apparence d'une danseuse noire ,andicapée et obèse avec des vêtements extravagants et sur qui on lancerait des bananes avec racisme abjecte Mais quelques âmes la regarde ,la trouvant unique dans sa danse chaleureuse,gracieuse,éparpillée mais rassemblant les dingues et les sourires libres penseurs

Dont les lèvres même fermées racontent les passés difficiles des âmes avec trop de formes

Sous cette éternité vide et abyssale qui n'exprime rien Elle donne forme à milles autres cieux avec pleins de visages ,d'histoires et de formes amusantes et loufoques Quelque chose de sale mais de merveilleux ,de pure mais de trop tordue C'est l'aube des dingues ,le parc des clandestins parlant une langue que personne ne comprend mais qui sonne si belle et plus authentique et splendide que nimporte laquelle. Elle est mon reflet