• godestlise

Ikigai

Par Vivi.


Ceci est un travail demandé par mon art-thérapeute.


L’arbre est un ancrage rassurant, symbole de résistance à la maladie et de ma tendance à penser en arborescence. Symbole de créativité et de la maitrise du temps. Il peut servir de base de pensée pour un ancrage en séance de sophrologie.

Au bout des racines se trouve les projets aboutis, les détails peaufinés et la base robuste, insensibles aux attaques extérieures.


C’est très personnel bien sûr, le but de l’exercice est de trouver son lieu rassurant, basé sur un souvenir heureux et une image qui vous permet de méditer et de vous apaiser. Si vous êtes réceptif, partager autour de cet exercice est un bon moyens de lâcher prise.


Le personnage au centre symbolise l’Ikigai, concept Japonais de la sagesse et de l’équilibre.


Respectivement :

  • L’ampoule : ce qui est utile aux autres (ou à la société), des domaines où j’ai développé une vrai expertise, mais hors de tout égoïsme, centré sur les personnes que j’apprécie ou que je dois servir. Pour moi, la santé, les soins, le secourisme, le service à la personne.


  • La clé à molette : ce pour quoi je suis compétent, un savoir-faire. Quelque-chose pour lequel je suis efficace, que je pourrais inscrire sur mon CV tellement je suis certain de ne pas échouer. Pour moi, l’informatique, le sport, la recherche de solutions (webographie, bibliographie), les disciplines scientifiques, les soins.


  • L’intersection de la clé à molette et de l’ampoule, c’est une zone de confort. Ça peut m’apporter du confort, de l’estime puisque j’aide les autres, mais peut aussi m’amener à terme à une routine épuisante (la passion est loin ! La rémunération n’est pas haute, lointaine). Nageur sauveteur par exemple pour moi.


  • Le cœur : la passion, ce que je fais sans voir passer le temps. Ce qui ne me demande pas de concentration ni d’effort tant je prends du plaisir à le faire. Pour moi, le sport, le théâtre, regarder des films, analyser et débattre, faire de la randonner et prendre l’air.


  • L’intersection du cœur et de l’ampoule pourrait représenter une cause associative, la maison perchée 😉 par exemple, une troupe de théâtre, les recettes de la pièce allant à une association humanitaire. Il faut que je veille tout de même à ne pas me laisser dévorer car je peux me mettre hors de ma zone de confort (la clé à molette est loin ! L’argent est loin aussi).


  • La liasse de billet et de pièces (oui, je l’ai plutôt mal dessinée ne soyez pas trop critique :D), c’est ce qui me rapporte de quoi vivre. Ce que je peux rémunérer. Ce qui remplit le frigo. Le travail, qui me demande discipline et rigueur. Pour moi, les petits jobs d’intérim et contrats saisonniers.


  • L’intersection entre l’argent et la clé, c’est un métier, quelque-chose qui vous rapporte, pour lequel vous êtes particulièrement doué et efficace, mais qui ne vous enflamme pas (la passion est loin ! l’utilité aux autres l’est aussi). Pour moi, travailler comme intérimaire, j’en suis capable, ça paye bien, mais bon c’est usant à la longue ! si je ne fais que ça, il y a un risque de burn-out.


  • L’intersection entre le cœur et l’argent, c’est un métier plutôt artistique, ou passionnel. J’y rangerait le théâtre personnellement. Je pourrais le mettre en place de façon professionnelle, mais il y a un risque de perdre l’utilité et de se focaliser dessus donc de prendre tout son temps et de perdre mes autres capacités (manuelles, utiles au quotidiens, j’entends).

Enfin, l’intersection de tout les cercles. C’est l’Ikigai ! La zone de la sagesse. Pour moi, le métier d’aide-soignant. Je suis compétent (enfin, je vais le devenir, on croise les doigts), c’est utile aux autres (sans blague, demandez au résidents d’EHPAD s’ils peuvent se passer des AS), c’est une passion (vous devriez me voir en cours ! je pose 50 questions à la minutes… bon 50 c’est beaucoup, c’est une exagération de ma part, mais bref, ça m’intéresse), ça paye (pas des milles et des cent, mais l’hôpital ne vous oublie pas en principe. Sinon il faut se faire entendre !)


Bien entendu, je ne vais pas lâcher mes autres activités, je vais juste ne pas me focaliser dessus, ne pas ruminer si j’échoue, ne pas passer tout mon temps à ça.


J’espère que cet exercice pourra vous aider autant que moi, les affirmations positives aident et entrainent le positif aussi. Exercer vous à vous répéter que vous êtes compétent, utile, passionné et digne d’intérêt.


Je suis disponible si vous avez des questions.


A un prochain atelier !

30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout