Ma vie n'est qu'un putain de film d'horreur

Par Maximilien Durant.


Ma vie n’est qu’un putain de film d’horreur,

Une orgie de pensées désordonnées danse dans ma tête semble venue d’ailleurs.

Terreurs ! Réalité déformée, mes sens altérés,

Des formes difformes, Visages déformés.

Une force noire étrange naît dans la forme de mon ombre,

Ange déchu sans forme m’encombre de ses visions pour que je sombre.

Il m’ordonne, m’insulte, m’accuse et ça l’amuse.

Il se défoule. Je lutte mais peu à peu il m’use.

Ce vent hurlant hante mon esprit.

Déroutant ! Je ne sais plus qui je suis.

Déficience, Turbulence ! Même la nuit je m’entends disparaître dans sa Haine.

Son essence abjecte coule dans mes veines.

Il vit en moi, et me dicte de m’exploser la tête pour qu’il sorte de sa prison.

J’ai peur de n’être que le réceptacle de ce Démon, qui n’a pas de nom.

Pour lui, la vie n’est qu’un spectacle où règnent seulement le rouge et le noir.

L’apocalypse, un monde de cri de douleurs et de désespoirs.

Le liquide rouge que je vois partout est parfois le mien.

Des ouvertures dans ma chair pour mieux respirer,

Ainsi vociférer mes maux, car les mots me manque pour apaiser le mal.

Je vomis cette existence, cette sentence qui me plonge dans un désert abyssal.

J’aimerais pousser mon dernier souffle et m’en aller.

Je souhaite qu’il n’existe plus de souffrance… plus rien…

Hallucinations carcinogènes,

Elles m’emmènent,

Loin de vous,

Loin de tout,

Tout devient flou,

Je deviens fou.

Où suis-je ?

14/09/2021

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout