• godestlise

Orange

Par Nébuleuse

Ardeur, comme les larmes du soleil dans le cri du sang

Orange, comme un ange orné de flammes poignardant le firmament

Si l'enfer c'est les autres

Le Orange fait de l'enfer un apôtre

Car oui, tout enfer et immoralité deviens lumière quand le silence se suicide grâce au Orange, que tout se hurle, se crache, se rit, s'exprime, se rote, se joui, se dit publiquement

Suite à cela la Pudeur Humble et le Silence renaît de son air somptueux car même dans le Orange on ne peut parfois exprimer aucun mot.

Il ne serait jamais aussi beau que le mutisme explosif de l'Aurore.

J'aperçois alors au loin, l'horizon se pendre au cou de l'infinie

J'aperçois le mois de juin si fou se fendre dans son lit

J'ai reniflé la poudre des cieux

Giflé la foudre des dieux

Je me suis effondrée sous le viol d'une étoile

J'ai mutilé, fait fondre l'étole des toiles

Le Orange crie la Vérité Rouge et la Liberté Jaune.

Il en deviens l'Éternité

Quoi de plus beau qu'un coucher de soleil aussi puissant qu'un amour hippie, une chaleur indienne, un cri profane ou spirituel

Quoi de plus beau que le sang de la croix se versant dans la lumière solaire

Aussi sacré que la peinture Rouge et vaginale !

L'écarlate s'en écoule des vases matricielles tout en absorbant les étoiles éternelles couleur paille.


Mon coeur crachait la blancheur des souffrances et un Oranger couleur lave se mit à naître de ma bave pleine d'insolence

Mes larmes étaient Orange, fusion du Sang, de la lumière, des étoiles et du volcan

Le Orange fuguait à jamais hors de tout les centres éducatifs où l'on imposait aux teintes ardentes de se calmer en devenant grisâtre

Il à la capacité de renaître, de partir.

Il ne peut être contenue ni retenue car il est nu dans sa plus grande pudeur, fou dans sa plus grande sagesse, doux dans sa plus grande violence

Le Orange se drogue aux paradoxes, de l'enfant au corps d'adulte si joyeux, innocent, capricieux choisissant et préférant les jeux au sexe des grand qu'il renie entièrement.

Il est à l'inverse le cri et la sueur des ébats baba cool et effervescents mais aussi les révélations ascétiques du feu Divin.

Danser c'est peindre en Orange

Peindre en Orange c'est danser.

Le corps parle et si vous répondez violemment et trop puissament à votre peau le Orange se déchire et s'assombrie dans la torture d'un Rouge trop foncé qui aurait pourtant pu être si beau.

Le corps parle et si vous n'écoutez pas le Bleu de vos Veines en vous détachant entièrement dans le ciel, le Orange devient un Jaune si clair mais perdu et lointain qui aurait pourtant pu être si beau.


Ardeur, Feu, Enfance

Émotions si puissantes, écorchées, sensibles passionnées et gaies

Clown fou se défenestrant dans le chaos de ses pensées

Pavot de Californie poussant au bord des routes la où les Van voyagent vers les coeurs de la liberté

Création, pinceaux, feutres, pastel libres aux ailes nouvelles

Ivresse divine ou matérielle

Cri violent, cri doux, cri fou, cri dansant

Cri de l'être incompris

Cri des fou et des folles hurlant de malaise dans les fêtes, rejettés par de faux joyeux formatés aux tenues grises et noires

Intelligence Jaune et lucidité étoilé dans un corps sauvage et une âme impulsive aux pulsions cramoisies et libératrices.

Soleil Ringard, Ciel Spirituel et Désuet dans sa Couleur Patchouli

Orange, sans toi, l'infinie n'existerais pas et je n'aurais jamais connu les battements du cœur de ma mère

Naissance du tout

Sang de la Vie

Soleil de Dieu

Cri joyeux des Femmes violées qui combattent leur souffrances à coup de flammes cette lois de la misogynie Bleu Marine

Cri du destin, cri de la rosée du matin

Cyprine secrète, pudique et abondante de l'abricot

Tricot psychédélique, psychiatre fou et patiente sage

Liberté du corps, de l'âme, de Dieu, de l'esprit, du Feu, du Cri

Une enfant fut accouchée un dimanche où le Rouge de la création manquait à ce si beau Soleil Jaune


Le Orange était née.



4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Mouvance